Épaves et navires abandonnés : des solutions et une loi pour accélérer leur enlèvement

IMG_1680

Discours d’ouverture – Gérard Pierre, Président de l’APPB

Les ports de plaisance peuvent être différents de par leur taille, leur activité, ou leur mode de gestion mais ils partagent de nombreuses problématiques d’ordre technique, juridique et environnemental.

Après avoir organisé en 2014, une journée thématique consacrée aux dragages, l’Association des Ports de Plaisance de l’Atlantique (APPA) et  l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne (APPB), ont cette année, abordé une autre problématique d’envergure nationale, celle de la gestion des épaves et navires abandonnés.

Les navires à l’état d’abandon ou épaves constituent une perturbation au fonctionnement quotidien des ports et peuvent, le cas échéant, représenter une menace sérieuse pour l’environnement. La nouvelle réglementation vient simplifier l’exercice de la mission de service public, avec un outil plus efficace pour les gestionnaires, permettant l’enlèvement des navires abandonnés.

« Acteurs et non spectateurs ». Lors de cette journée, les 2 associations ont souhaité apporter des informations concrètes et opérationnelles pour les gestionnaires de ports qui sont régulièrement confrontés à ces situations. La journée a alterné des aspects juridiques (rappel en matière de réglementation et examen de cas concrets de procédures d’enlèvements) et de techniques de déconstruction. L’intervention de Cyrille Robert Broux du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie a permis de préciser la dernière réglementation en la matière qui devrait sensiblement faciliter l’action des gestionnaires. 

L’APPA et l’APPB œuvrent au service de plus de 115 ports plaisance sur la façade atlantique manche Mer du Nord, et représentent 460 emplois directs.